Catastrophes et cataclysmes 

 

    Se noyer.

    Se noyer dans du liquide, se noyer dans un utérus. 

    Se noyer dans du liquide vaisselle, du liquide vaisselle-utérus.

    Se noyer dans son sommeil.

    Se noyer dans un sommeil-vaisselle.

    Endormi dans du liquide vaisselle-utérus. 

    La famine des brumes. La famine des brumes. 

    Se noyer dans la famine des brumes. Embrumé, essoufflé par la famine. 

    Se noyer dans la famine des brumes, affligé par une chaude-pisse et des pieds plats.  

    Chaude pisse, pieds plats, morpions et hémorroïdes. 

    Endormi.

    Se noyer endormi dans des hémorroïdes, veillant dans la famine des brumes et le liquide vaisselle-utérus. 

    Etouffer au fond d'un fjord. Bleuir et blanchir.

    Mourir de froid aux Canaries. Quand il fait froid aux Canaries. 

    Oublier de changer de slip.

    Oublier d'emporter des capotes.

    Avaler le bain de bouche. 

    Se noyer dans le bain de bouche avec un ulcère à l'estomac et des fourmis dans les pieds. 

    Ne pas trouver le sommeil, une fracture ouverte au bras, infecté et le cœur brisé. 

    Ne pas trouver le sommeil, le cœur marinant dans du liquide vaisselle-utérus. 

    Se noyer dans le sang. Au sommet d'une lande. Se noyer tout en haut d'une lande. 

    Faire une intoxication alimentaire et dégueuler toute la nuit. 

    Dégueuler toute la nuit. Dégueuler des capotes. Ecouter des nourrissons pleurer toute la nuit pendant qu'on dégueule hémorroïdes, bain de bouche et capotes. 

    Se noyer dans la raie faisandée, se noyer dans un verre de brennivín et du requin pourri. 

    Mourir de froid sur une lande par une journée ensoleillée. Mourir de froid et se noyer. Mourir de froid et étouffer. Faire une crise cardiaque à la piscine. 

    Se faire un claquage à la piscine. 

    Avoir une crampe à la piscine. 

    Rester coincé dans la bonde. La bonde de la piscine. 

    Recevoir un choc.

    Convulser.

    A la piscine. 

    Se noyer au milieu d'une convulsion. Se noyer en plein milieu d'une convulsion. Rougir, bleuir, blanchir, puis se noyer en pleine convulsion.

    Ne pas arriver remonter, ne pas arriver à bander. Au pire moment.

    Ne pas arriver à redescendre, ne pas arriver à débander. Jamais, quel que soit le moment. 

    Le talonner, le harceler. Le faire harceler. Qu'il nous fasse mal. Qu'il se gangrène.

    Avoir le trou du cul gangréné. Crever de faim. Affamer quelqu'un.     Recevoir un coup de pied dans les couilles et affamer quelqu'un.

    Ne pas trouver le sommeil suite à un coup de pied dans les couilles, pour cause d'hémorroïdes et de capote déchirée. Ne pas trouver le sommeil pour cause de mal de tête. Ne pas trouver le sommeil à cause de cauchemars où on vous harcèle. Être harcelé alors qu'on ne parvient pas à trouver le sommeil. Être harcelé pendant son divorce. Être harcelé pendant son accouchement. Être harcelé pendant qu'on couche. Être harcelé nuitamment. Être harcelé par ses parents. N'avoir aucun lieu où se réfugier. N'avoir aucun endroit où poser sa tête. Ne pouvoir la nicher nulle part car ça nous empêche de trouver le sommeil. 

    Crever. 

    Crever sous le poids de la mauvaise conscience. 

    Crever sous le poids du cancer. 

    Crever de douleur dans le genou. 

    Crever de douleur dans les deux genoux.

    Crever de douleur dans le bas-ventre.

    Crever de douleur dans la poitrine. 

    Crever avant l'âge. 

    Crever trop tard. Crever à petit feu. Crever à petit feu, perclus d'hémorroïdes et radotant. S'étioler, radoter et ne pas trouver le sommeil. S'étioler et laisser des infirmières obscènes nous torcher le cul et creuser nos escarres à la petite cuiller. Crever. Dans ce cas, plutôt crever. Dans ce cas, plutôt être jeune et ne pas arriver à trouver le sommeil en proie aux inquiétudes. Dans ce cas, mieux vaut ne pas arriver à bander. Dans ce cas, autant crever. 

    Chanter faux. Pas sympa de chanter faux. Ça écorche les tympans. 

    Pas sympa de tripoter quelqu'un qui ne veut pas. Pas sympa de se laisser tripoter quand on ne veut pas. Pas sympa, pas sympa, pas sympa. 

    Pas sympa de passer sous les roues d'une voiture. Pas sympa d'écraser quelqu'un sous les roues de la sienne. Pas sympa de devoir regarder les proches en face. Pas sympa de devoir expliquer ça à ses propres enfants. De leur dire que papa est un assassin. De leur dire que maman est assassine. Que nous sommes des assassins, nous, les parents. Que tout le monde n'est pas assassin, mais que nous sommes des meurtriers. Pas sympa de poignarder quelqu'un. Pas sympa de lui tirer une balle dans la tête. Ou dans le ventre. Pas sympa d'étrangler quelqu'un, de lui casser le bras, de lui briser les genoux, de lui faire manger de la merde, de violer sa mère et de lui refiler le sida. C'est pas sympa de tomber et de se faire mal. Pas sympa de pousser quelqu'un pour le faire tomber. Il ne faut pas pousser. Et il ne faut pas refiler le sida. 

    Pas sympa de choper le sida. Pas sympa de choper Ebola et la grippe porcine, pas sympa d'attraper la variole ou la grippe espagnole, pas sympa d'attraper la rougeole ou la rubéole et la peste noire. Il faut se préserver de la rubéole et de la peste noire. Ne pas contaminer les autres avec la rubéole ou la peste noire. Soyez gentils et faites un effort. Il est tellement facile de n'être pas sympa par simple négligence. 

    Se noyer et ne pas trouver le sommeil, enceinte et tenaillée par la dysenterie. Ne pas trouver le sommeil, tenaillé par les inquiétudes et la diarrhée. Se trouver bloqué dans Tétris, Candy Crush ou Angry Birds. Être à deux doigts de perdre la raison. A la limite extrême. Tourner le dos. Ne pas arriver à courir plus de 5 kilomètres. Ne pas arriver à soulever plus de 70 kilos à l'arraché. Avoir mal au dos dans la posture du cobra. Ne pas réussir à toucher ses orteils. Grossir. Grossir. Grossir. Vieillir et grossir, avoir la peau qui pend, puis crever comme une épave incapable de se suffire. Une épave obèse et incapable de se suffire. Avec la morve au nez. Et la syphilis transmise par l'infirmière qui, espérons-le, croupit en taule. Croupir et pourrir en taule. Pourrir en maison de retraite. Pourrir dans sa tombe. Crever dans son sommeil. Etouffer dans son sommeil. 

    Etouffer à l'asile. Imaginer qu'on étouffe dans un asile de fous alors qu'on n'étouffe absolument pas à l'asile de fous. Ne pas réussir à s'échapper de l'asile. Ne pas réussir à franchir les barreaux aux fenêtres. Echouer à franchir la porte blindée. Hurler de toutes ses forces sans que personne ne vous entende. Se résigner. Ne plus en pouvoir. Se jeter sur les murs capitonnés et faire affleurer le sang sur sa chair rouge et tuméfiée. 

    Se masturber en pleurant. Baiser en pleurant. Se faire baiser en pleurant. Se faire masturber en pleurant. Recevoir un caillou en pleine tête. Être méchant avec les autres. Leur interdire de participer au jeu. Pousser les autres du sommet de la colline. Les pousser et les faire tomber de la balançoire. En pleurant. Leur fourrer du sable dans la bouche. Leur mettre du sable dans le pantalon. Se masturber seul. Seul. Tout seul. Grossir et se masturber seul. Devant la télé. Devant Facebook. Aux WC. A la fenêtre ouverte pour entendre les passants. Haleter doucement en se demandant si quelqu'un nous entend. Être à poil à la fenêtre dans l'espoir que ça nous excite, mais sans succès. Ne jamais ressentir aucune excitation. 

    N'avoir aucun désir. Aucune aspiration. Ne pas aimer, ne pas haïr, ne rien ressentir. Crever de désirs et d'aspirations. Crever d'excitation. Avoir une crise cardiaque en plein rapport sexuel. Avoir une crise cardiaque au début de la bagatelle. Avoir une crise cardiaque à la fin du rapport. Avoir une crise cardiaque tout seul chez soi. Devant la télé. Devant Facebook. Aux WC. Avec ses hémorroïdes et ses fourmis dans les pieds, en proie à l'insomnie le soir du nouvel an, le chien du voisin a pété les plombs et tout le monde est rond comme une queue de pelle sauf toi, qu'on ne retrouve que des jours et des jours plus tard. Peut-être pas avant l'Epiphanie.

    Avoir une démarche ridicule. Avoir l'air ridicule. Avoir un bec-de-lièvre. La lèvre fendue et l'œil au beurre-noir. Une tache de vin. Des cicatrices et des verrues. Un bras inerte. Une coquetterie dans l'œil. Deux seins de taille inégale. Une quéquette tordue. Des fesses flasques. Un pied bot. Les genoux de traviole. Un nez gigantesque. Pas de menton et des dents de traviole. Être un pauvre type avec une tête de cul. Des épaules tombantes, le pectus excavatum et des poils incarnés sur les couilles. 

    La chatte rasée et le visage rebouché à la truelle. Le visage rasé et la chatte rebouchée à la truelle. Porter des vêtements bien trop chers, des vêtements bien trop vieux, des vêtements bien trop grands et bien trop parfaits. Être bien trop sympa. Bien trop souriant. Bien trop sérieux. Bien trop empoté. Bien trop artificiel. Bien trop précieux. Bien trop minable. Bien trop agité. Bien trop lent. Bien trop découragé et trop hyperactif. C'est pas sympa d'être trop hyperactif. Mais ne perdez pas courage, ne perdez pas espoir. Tout le monde peut aller à la salle de sport. Tout le monde peut faire du yoga et réfléchir aux chakras qui nous trouent l'âme. Et combler les trous. Tout le monde peut avoir des abdos d'acier. Tout le monde peut perdre des kilos. Tout le monde ne peut pas avoir d'enfant, mais tout le monde peut perdre des kilos. Tout le monde ne peut pas être virtuose au piano, mais tout le monde peut s'arranger pour retrouver la forme.        

Traduction: Eric Boury